baseline2

Vous organisez un événement ? Vous avez une actualité ou un projet à communiquer ? Annoncez vos infos ICI

Recevez notre Newsletter

menu-in-1menu-home-2menu-home-3menu-home-4

19/06/2017 - Devenez Connecteur for change
08/06/2017 - S'engager bénévolement avec la Réserve Civique
22/05/2017 - Bénévole AGORA 2017 : pourquoi pas vous ?

TOUTES LES ACTUALITÉS

JUIN
23
Les journées nationales du parental ACEPP
JUIN
29
[5à7] Quelles responsabilités pour les bénévoles ?

TOUT L'AGENDA

> La Machinerie fabrique du lien, des objets et du sens

Temoignage lamachinerie 222Ouverte en septembre 2014 à Amiens, La Machinerie est l’un de ces tiers-lieux dont on entend parler quand il est question de FabLab, de coworking, ou des deux en même temps. 

En savoir +

TOUS LES TÉMOIGNAGES

Yann Paulmier  Com des images 222Yann Paulmier, Chef de projet Incubation chez La Machinerie.


Après un bac ES, j’ai  intégré une classe préparatoire littéraire durant 2 ans pour préparer les concours des Instituts d’Etudes Politiques (Sciences Po). Après l’obtention du concours de Sciences Po Lille, j’ai rejoint un parcours axé sur l’administration publique. Ayant découvert par ailleurs l’ESS, j’ai fait en sorte d’intégrer cette thématique dans mon parcours en réalisant mon mémoire de recherche sur une CRESS, puis en réalisant mon stage de fin d’étude auprès du chargé de mission ESS d’une collectivité. Par la suite, j’ai occupé un poste orienté développement économique et ESS au sein de cette collectivité.


Si j’ai choisi de travailler dans l’ESS, c’est avant tout par conviction. Je voulais pouvoir trouver du sens à mon travail, ce qui signifie pour moi autre chose qu’une motivation purement financière.

Si je participe au mouvement de l’ESS, c’est parce que je crois qu’il est possible de travailler autrement, qu’un choix est possible, que l’on peut concilier ses convictions personnelles et son travail. Faire du développement économique de l’ESS, c’est œuvrer au quotidien pour concilier économie et environnement, pour créer de l’emploi durable et équitable pour toutes les catégories de la population. Fondamentalement, travailler dans l’ESS c’est travailler avec et pour les autres.


Si je devais donner un conseil à un-e  étudiant –e qui souhaiterait travailler dans l’ESS plus tard, le premier conseil serait : n’attends pas ! Commence dès maintenant à rencontrer les acteurs de l’ESS de ton territoire, apprend à les connaître, découvre leurs spécificités… Les métiers et les cadres de travail au sein de ce champ sont multiples. L’idéal est donc de commencer à les découvrir lorsque l’on est encore étudiant. Deuxième conseil : crée toi-même ta spécificité. Quel que soit son parcours, il est possible d’y intégrer une dimension ESS. Mais ce n’est souvent pas les responsables de la formation ou les enseignants qui le feront à ta place. Enfin, dernier conseil : va jusqu’au bout de tes convictions. L’idée même qu’il puisse exister des entreprises où le patron est élu par les salariés, qui ne vise pas avant tout à dégager du profit, qui permettent de concilier les engagements et son activité professionnelle est difficile à concevoir pour beaucoup. Les sceptiques sont nombreux et les blasés encore plus ! Mais comme le disait Jean Louis Etienne, « Tout semble impossible à ceux qui n'ont jamais rien essayé » !

marge1